La paroisse d’Avrillé sous le vocable de Saint-Gilles


La paroisse d’Avrillé sous le vocable de Saint-Gilles

La légende situe cet ermite au VIIe siècle, retiré dans une forêt près de Nîmes. Il se nourrissait du lait d’une biche apprivoisée : on le surnomma « le saint à la biche ». Au cours d’une chasse, le roi qui poursuivait la biche aurait blessé l’ermite auprès duquel l’animal était venu se réfugier…

Qu’en est-il vraiment ? Une étude (disponible à la bibliothèque de la paroisse) nous montre qu’un “saint homme de Dieu, ermite, puis abbé, a vécu dans la prière, la pénitence et l’humilité… est mort dans de telles dispositions d’esprit que ses contemporains ont reconnu en lui un ami de Dieu…”
La statue de gauche, sculptée dans une poutre provenant de la démolition de l’ancienne église, est l’oeuvre d’Emmanuel Saintier, distributeur d’Avrillé-Liaison, et sculpteur à ses heures.

La statue sculptée dans une poutre provenant de la démolition de l’ancienne église, est l’oeuvre d’Emmanuel Saintier, distributeur d’Avrillé-Liaison, et sculpteur à ses heures.

La statue est en plâtre, doit provenir de l’ancienne église.** article paru dans Avrillé-Liaison Noël 2007 n° 88 ** d’après un article paru dans « Le Lien » de Février 1952, (ancêtre d’Avrillé-Liaison) c’est à la grand messe du jour de Noël 1951 qu’aurait eu lieu sa bénédiction